Jacqueline Gonin nous a quittés

Bonjour à toutes et tous, membres et anciens membres de notre association.

Jacqueline Gonin

Jacqueline GONIN

Jacqueline GONIN vient de nous quitter dans la nuit du 31 décembre dernier. Tant de bons souvenirs nous relient à elle : sa pertinence, sa culture, et son attention aux autres ! Elle était adhérente de notre association depuis fort longtemps, menant un combat commun avec son époux Raymond, décédé en 2003 et défenseur très actif de la langue internationale équitable : l’Espéranto. Nous étions très proches, grâce à l’amitié qui liait Raymond à mon beau-père, né comme lui en 1913 et aveugle comme lui, François GERBER.

Un article spécifique est consacré à Raymond GONIN dans l’encyclopédie Vikipedio, portail/section en esperanto de Wikipédia.

Raymond Gonin

Raymond GONIN

On y apprend que, né en Saône-et-Loire, il a principalement vécu à Villeurbanne et a étudié l’Espéranto à la suite de la découverte d’une brochure en Braille de Théophile CART : « L’Espéranto en dix leçons ». Il a alors participé à la création, avec Théophile Cart, et à l’occasion de la tenue du congrès de l’Association Universelle d’Espéranto (UEA) à Paris en 1932, de l’association universelle des aveugles : Universala Asocio de Blindul-Organizaĵoj (UABO), dont on peut découvrir (en esperanto) les actions et le rayonnement véritablement international dans cet article, puis a créé et est devenu pendant plusieurs années président de l’Union Française des Espérantistes Aveugles (Franca Unuiĝo de Blindaj Esperantistoj – FUBE).

En 1974 il a reçu un hommage officiel de la République Française, et a été décoré des Palmes Académiques pour ses actions en faveur de l’enseignement de cette langue.

Son fils nous a confié les circonstances de la fin de vie de sa maman : « Depuis une chute malencontreuse qu’elle avait faite chez elle il y a moins d’un mois, elle avait dû être opérée au genou et avait mal récupéré de l’anesthésie, ce qui s’était traduit par une accentuation de ses troubles de la connaissance. Elle se trouvait donc dans une clinique de rééducation en attendant son placement en EHPAD. À l’occasion du repas de réveillon du 31 elle a probablement fait une « fausse route » et a été saisie de vomissements malheureusement en partie inhalés. Malgré une oxygénation massive et son transfert aux urgences, il n’a pas été possible de la sauver. Sa crémation aura lieu ce jour à 14 heures au crématorium de Roost-Warendin, près de Douai ».

Slogan des girondines (E-o)« Depuis deux-trois mois, elle se fatiguait vite à lire en Braille, et depuis l’opération avait d’inquiétantes escarres aux pieds, sans qu’elle se plaigne particulièrement de douleurs quand elle était allongée ou assise sur son lit de clinique. Ces dernières années, elle me reparlait souvent de ses contacts de Lyon et des réunions de l’association FRRA en vue de la transformation du foyer » …dont nous savons que cela s’est concrétisé par la réalisation et l’ouverture de l’établissement des Girondines.

Ni estos tutkore, kun sia familio kaj amatoj ĉi-posttagmeze, kaj sendas al ili niajn sincerajn kondolencojn [nous serons de tout notre coeur avec sa famille et ses proches cet après-midi, et leur adressons nos sincères condoléances].

Camille Gintzburger, président du FRRA, avec l’aide de notre webmestre, espérantiste !

Les « Girondines » fêtent les cent ans d’une de ses résidentes

Mme Paillon avec fleurs et gâteau

Mme Marie Anne PAILLON a fêté son début de « deuxième siècle », très entourée d’attentions et d’affection, ce jeudi 6 septembre 2018. Toujours pleine de vie (il faut voir comment elle conduit son scooter électrique lors de cette récente visite de quartier où elle double allègrement tout le monde en toute autonomie !), et d’humour (depuis très peu, elle utilise occasionnellement un déambulateur de couleur rouge qu’elle dénomme sa « Ferrari » !), sa bonne humeur est considérée comme contagieuse par tout l’établissement. Nous vous invitons à visualiser dans ce lien YouTube, tous les changements intervenus au cours d’un XXe siècle qu’elle a traversé de bout en bout : tant de choses sont nées puis ont cessé pendant le cours de cette vie… et ce n’est pas fini !

Cent ans de Mme Paillon 008

M. Bernard Devert, Mme Rima Sahbi, Mme Tomassone (de dos), et Mme Fiers fêtant la centenaire.

Cent ans de Mme Paillon 006

Bernard Devert donne l’accolade à la centenaire et lui offre des fleurs

Mme Monique TOMASSONE, sa fille, faisait partie de la fête. Mme Marie-Madeleine FIERS, élue de notre arrondissement, a remis à Mme PAILLON, au nom de la Ville de LYON, un foulard en soie de la « tout autant centenaire  » Maison BROCHIER. M. Bernard DEVERT, fondateur de Habitat et Humanisme, et le Dr. Annie COULATY, notre dynamique médecin-coordinateur, représentaient La Pierre Angulaire, structure qui gère notre EHPAD. Mme Anne COMTAT incarnait le Gem Nova, et M. Alexis CLAUDEL représentait les dix-sept locataires des appartements qui se situent aux étages supérieurs du bâtiment.

Cent ans de Mme Paillon 005

avec Bernard Devert, Camille Gintzburger et Mme Marie-Madeleine Fiers

Cent ans de Mme Paillon 007

Mme Rima Sahbi, cadre administratif, s’entretient avec la centenaire

Mme Rima SAHBI, en l’absence (pour congés annuels) de notre directrice Mme Annabel SOLIGNAC, représentait l’ensemble du personnel de l’EHPAD des Girondines qui œuvre avec enthousiasme, au quotidien, pour le bien-être et le « prendre soin » de chacun de nos résidents.

M. Jean-Claude MOUTON (trésorier) et M. Camille GINTZBURGER (président) représentaient notre association FRRA (Foyer-Résidence Rhodanien des Aveugles), adhérente de la FAAF (Fédération des Aveugles et Amblyopes de France).

Nous remercions chaleureusement tous les participants à ce sympathique moment de convivialité !

16/04/2018, cinquante ans après : François Gerber

Tombe de François Gerber et Renée Marchand-Gintzburger au cimetière de Soucieu-en-Jarrest (69)

Tombe de François Gerber et Renée Marchand-Gintzburger au cimetière de Soucieu-en-Jarrest (69)

16 avril 2018 : cinquante ans après sa mort, la vie continue… et son esprit persiste. François GERBER, président de la Fédération des Aveugles de France et de l’Amitié des Aveugles de Lyon (aujourd’hui : APRIDEV) nous quittait.

Né le 16 avril 1913 à Dijon, il devint aveugle en 1944 et nous a donc quittés en 1968. Il est inhumé au cimetière de Soucieu-en-Jarrest (Rhône). La croix à entrelacs qui figure sur sa tombe a été dessinée par l’abbé Nicolas BOON , admirateur d’Albert GLEIZES, et curé à Poiseux (Nièvre) et modelée par René RIVIÈRE, peintre, devenu aveugle en 1952 à l’âge de 26 ans, ami de Nicolas Boon et de François Gerber.

Croix à entrelacs dessinée par l'abbé Nicolas Boon et modelée par René Rivière, aveugle.

Croix à entrelacs dessinée par l’abbé Nicolas Boon et modelée par René Rivière, aveugle.

La retranscription de la plaque commémorative figurant au pied est de PINDARE. Cette plaque a été offerte par la Fédération des Aveugles de France : « L’homme est le rêve d’une ombre, mais quand les dieux dirigent sur lui un rayon, un éclat brillant l’environne et son existence est douce…»

Le signataire de ce billet, président de la FRRA, a été élevé par François GERBER. Les Girondines rendent également hommage à ce fondateur par le grand tableau de Richard ATLAN figurant au mur de la salle de réunions. Richard ATLAN dont on rappelle qu’il est, par ailleurs, l’auteur du logo et de toute la signalétique des Girondines.

Camille GINTZBURGER, président du Foyer Résidence Rhodanien des Aveugles

Tableau de Richard Atlan en hommage à François Gerber

Tableau de Richard Atlan en hommage à François Gerber

Au revoir Antoinette Sanchez…

Antoinette Sanchez (photo C. Gintsburger, DR)Le  conseil d’administration du Foyer Résidence Rhodanien des Aveugles tient à remercier ici Antoinette Sanchez qui a fait valoir ses droits à la retraite le 31 octobre 2017.

Antoinette était présente parmi nous depuis septembre 2006 .

Tous les résidents et résidentes ainsi que leurs familles ou tuteurs appréciaient à la fois sa bonne humeur et sa capacité à trouver des solutions y compris dans les cas difficiles.

Nous lui souhaitons une bonne retraite pleine de santé et des  petits enfants explosants de vie et nous espérons la revoir régulièrement lors de nos  traditionnelles fêtes de fin d’année.

Antoinette Sanchez, qui a bien voulu nous adresser un message de remerciement dont vous pouvez découvrir la teneur en cliquant ici.

L’avocate aveugle Yetnebersh Nigussie lauréate du «Prix Nobel alternatif»

L’avocate aveugle Yetnebersh Nigussie lauréate du «Prix Nobel alternatif»

L’avocate éthiopienne Yetnebersh Nigussie a remporté le prix Right Livelihood, également connu sous le nom «prix Nobel alternatif». Aveugle depuis l’âge de 5 ans, elle se bat pour l’intégration des handicapés.

«Si je pouvais changer une chose dans le monde, je changerais les mentalités afin que les gens pensent que l’inclusion – et non l’exclusion – est la norme», a déclaré Yetnebersh Nigussie, en recevant mardi 26 septembre 2017 le prix Right Livelihood, également connu sous le nom de «prix Nobel alternatif». Devenue aveugle à l’âge de 5 ans, Yetnebersh Nigussie, qui a grandi dans l’Ethiopie rurale, s’est battue pour poursuivre ses études et devenir avocate. Elle est distinguée pour son travail sur l’intégration des handicapés.

[extrait de l’article de Mohamed Berkani sur le site web de France Info, cliquez sur le lien pour plus de détails]