Une association dynamique

Le Foyer Résidence Rhodanien des Aveugles (FRRA) est une association ancienne, aux valeurs éprouvées. Le choix du nom des Girondines s’inscrit dans la mémoire et l’histoire de la ville de Lyon et de la France.

Bénéficiant de partenariats exceptionnels, et installée dans des locaux à la pointe de la modernité — au cœur d’un quartier en pleine rénovation — elle offre à la population des aînés une qualité d’hébergement et d’accueil sans équivalent.

Prenez connaissance du PROJET ASSOCIATIF de l’association FRRA (cliquez ici)

L’association

C’est sous l’impulsion d’Édouard Herriot, maire de Lyon, qu’est créée en 1933 une société « d’Habitations à Bon Marché » (HBM, ancêtre de nos HLM), dédiée spécifiquement aux aveugles.

L’association « Foyer des Femmes Aveugles » lui a fait suite en 1937 et s’est installée dans un bâtiment construit par les HBM, pour assurer la gestion et le logement, ainsi que le retour à l’autonomie de femmes aveugles. Cet accueil se composait de trente-six chambres, toutes individuelles.

FRRA - rue de l'Effort

En 1976, près de quarante ans plus tard, la construction d’un nouveau bâtiment était devenue nécessaire et, sous l’impulsion de Pierre Badiou (lui-même aveugle et membre de l’Amitié des aveugles de Lyon) la décision en a été prise. L’association a changé de nom à cette occasion et est devenue le Foyer Résidence Rhodanien des Aveugles (FRRA) (publication au Journal Officiel en date du 20 janvier 1977). Ce nouveau bâtiment comprenait soixante-six chambres individuelles réparties sur 3200 m2, et était destiné à recevoir des personnes aveugles ou malvoyantes des deux sexes.

Au cours des trente années qui ont suivi, l’établissement s’est progressivement ouvert à l’accueil de personnes voyantes, pour acquérir en 2004 le statut d’EHPAD : Établissement d’Hébergement de Personnes Âgées Dépendantes, accueillant indifféremment aveugles, malvoyants ou voyants des deux sexes.

En 2006, compte-tenu de l’impossibilité de rénover le bâtiment et de satisfaire aux normes techniques nouvelles des EHPAD, est entreprise une recherche de partenaire « bailleur social » pouvant reconstruire notre établissement sur un nouvel emplacement. Après deux ans de recherches, un partenariat a pu être établi en 2009 avec la Société anonyme de construction de la ville de Lyon. Une parcelle située au cœur du quartier de Gerland, dans le septième arrondissement, a été retenue. Le projet a alors démarré, mais après un certain nombre de péripéties liées à la crise de 2008 il a fallu, pour que le projet se poursuive, que notre association en prenne en charge la maîtrise d’ouvrage.. Nous sommes donc devenus propriétaires d’une parcelle de 2232 m2, et avons engagé dès 2013 le processus de construction.

Le nouveau bâtiment comprend donc un EHPAD de 74 chambres et 17 logements adaptés, sur une surface totale construite d’environ 6000 m2  Il est situé au cœur de la ZAC des Girondins (Lyon 7e), au 16 allée Eugénie Niboyet, et nous l’avons nommé « Les Girondines » en hommage aux femmes héroïques ayant participé à cette période de la Révolution française et de la ville de Lyon (cf. rappel ci-dessous).

Les travaux se sont déroulés de décembre 2014 à septembre 2016, date à laquelle nous avons quitté nos anciens bâtiments de la rue de l’Effort (la bien nommée !) pour intégrer ce bâtiment enfin achevé.

Comme vous pouvez le constater et l’imaginer, notre situation patrimoniale a bien changé et nos besoins de financement sont plus importants que jamais.

Le but de notre association est toujours, après quarante ans d’existence, de fournir à des personnes aveugles, malvoyantes, âgées, ou non,  des conditions d’hébergement optimales et de gérer un établissement médico-social (EHPAD). Quatre-vingts ans après notre naissance, nous débutons une nouvelle vie pleine de projets : n’hésitez pas à nous apporter toute aide financière ou morale qui pourrait nous permettre de nous améliorer et de nous développer.

Le projet des Girondines

Maître d’Ouvrage : Association FRRA

Assistance à maîtrise d’ouvrage : SOLYAMO

Architecte : Atelier Arche (Dominique Bourreau)

Programmation : GERONTIM

Entreprise générale : SNJN

Surface construite : environ 5800 M2

Livraison du bâtiment : été 2016

Emménagement : 6 septembre 2016

Capacité d’accueil :

  • 52 places d’hébergement permanent
  • 8 places d’hébergement temporaire
  • 14 places d’accueil spécifique pour personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer ou de maladies apparentées (UASA)
  • 17 logements adaptés, du studio (35 m2) au T3 (76 m2)

Coût prévisionnel de l’opération :

  • EHPAD : 13 361 157 €
  • Logements : 2 125 965 €

Subventions :

  • CNSA : 1 290 000 €
  • ARS Rhône-Alpes : 571 915 €
  • Métropole de Lyon : 201 300 €

L’évolution du projet vue par Google

Les passages successifs de la « Google Car » dans la rue Crépet permettent de visualiser non seulement la construction des Girondines mais également l’évolution du quartier sur plusieurs années ! En cliquant sur chacune des vignettes, vous pouvez effectuer une promenade virtuelle dans le quartier tel qu’il se présentait à la date indiquée. Un clic sur la ligne « Afficher dans Google Maps » ouvrira chaque vignette dans un nouvel onglet, pour une navigation plus confortable.

juillet 2014

mai 2015

juin 2016

août 2017

Site internet de la CNSA

Site internet de la CNSA

(cliquez pour accéder)

Site internet de l'ARS Rhône-Alpes

Site internet de l'ARS Rhône-Alpes

(cliquez pour accéder)

Site internet de LADAPT

Site internet de LADAPT

(cliquez pour accéder)

Le caractère innovant du projet

L’élaboration du projet des Girondines s’est étalée sur plus de sept ans (de 2008 à 2016), et a fini par déboucher sur une réelle originalité dans de nombreux domaines :

Une expérience ancienne dans le handicap
  • l’association se consacre aux aveugles depuis 1937
  • le projet des Girondines étend cette expertise à d’autres handicaps sensoriels ou moteurs
  • il applique ce choix à tous les aspects de la vie quotidienne, dans tous les espaces proposés aux résidents : des rails en place au plafond, que ce soit dans les chambres ou dans les espaces de soins ou d’activités permettent, par exemple, de mobiliser les personnes sans recourir aux lève-malades moins pratiques
  • des espaces (UASA et PASA) sont spécifiquement conçus pour l’accueil et l’accompagnement de personnes en perte d’autonomie psychique (sécurisation des lieux, stimulation des capacités résiduelles…)
L'accompagnement dans la perte d'autonomie
  • l’offre d’accueil évolue en fonction de la progression de la maladie ou de la perte d’autonomie
  • il y a une continuité dans la prise en charge au cours du temps, avec un confort équitable pour tous