Tournage d’un clip « électro  » !

Le jeudi 18 juillet 2019, le groupe Electrophazz (lien vers leur page Facebook) est venu tourner une partie du clip vidéo de leur chanson « Hello to your lover » au 2e étage des Girondines pour leur album « Electric City ».

Marie-Françoise, André, et Raymonde ont pu s’essayer à la figuration en compagnie de Mickaëlle LESLIE, chanteuse d’Electrophazz, de Marius THIBAULT, réalisateur du clip, Gabriel BOURDAT, assistant réalisateur, et David MARION, claviériste d’Electrophazz. Ils se sont laissés embarquer par cette musique « groovy aux allures modernes ancrée dans de profondes racines afro-américaines […] entre Soul, Jazz & Hip Hop ». 

Ce moment, hors du quotidien, a ravi nos trois acteurs, qui ne demandent qu’à recommencer, à bon entendeur…!  

En attendant, la sortie du clip « Hello to your lover » est prévue pour septembre 2019 ! 

Voici une interview de leur expérience : 

C.T. : Qu’avez-vous pensé du tournage du clip d’Electrophazz ?

Marie-Françoise : C’était très bien, je me suis régalée ! La chanteuse a chanté Diam’s avec moi et ça m’a beaucoup plu. 

Raymonde : C’était très agréable !

André : C’était une première pour moi ! Se faire filmer quand il y a de la musique, avoir chanté, battu la mesure avec les bras en présence de la chanteuse, ça a été un grand plaisir. 

C.T. : Est-ce que la musique vous a plu ? Est-ce une découverte ?

Marie-Françoise : Oui totalement, je connaissais déjà ce genre de musique. 

Raymonde : Oui, j’aime bien la musique, tout me plaît ! 

André : Oui ! Je suis fan de rap, j’étais content d’avoir pu jouer et fait des gestes de rap. Et la chanteuse et sa voix m’ont beaucoup plus ! 

C.T. : Aimeriez-vous recommencer ce type d’expérience ? 

Marie-Françoise : Oui complètement ! 

Raymonde : Oui, j’adorerais ! 

André : Oui !

Constitution du groupe Electrophazz : Yann Phayphet (Basse), Japhet Boristhene (Batterie), Jean-Alain Boissy (Saxophone Ténor/Flûte traversière), David Marion (Claviers) et nos 2 featuring Mickaëlle Leslie (Chant), Eneeks (Rap)

Expo photo « Let’s Be Family ! »

Le 3 juillet prochain, Les Girondines organisent une rencontre avec la voyageuse photographe Tianhe du projet « Let’s Be Family » dont l’exposition photo se tiendra aux Girondines jusqu’au 31 juillet, et qui s’inscrit dans le cadre de notre partenariat avec l’association On The Green Road. Vous pouvez vous faire une idée de la qualité de son travail dans ce lien Instagram.

[cliquez sur l’image ci-dessous pour accéder à la version pdf de cette affichette dans un nouvel onglet (accessible à la lecture vocale). En refermant l’onglet, vous reviendrez ensuite ici]Image png de l'affichette expo photo Let's Be Family

Projection du film Horizons aux Girondines

Le mercredi 3 avril à 15h30 sera projeté aux Girondines le film-documentaire HORIZONS. Ce film a été réalisé par des habitants de Gerland en collaboration avec l’association LES INATTENDUS, la projection sera suivi d’un échange avec les participants et du réalisateur-intervenant, Lionel RETORNAZ.

Venez découvrir ce film-documentaire et ce tour d’horizons des visions du monde. Nous vous accueillerons chaleureusement à cet événement au rez-de-chaussée des Girondines !

Durée du film : 30 min. Échanges et discussion : 30 mn

Affiche du film Horizons (png)

Accueil du Grand Débat aux Girondines

Grand Débat aux Girondines 014Durant la matinée du 9 mars dernier, l’établissement des Girondines a accueilli les 30 participants du Grand Débat National fort bien organisé par Thomas DELPECH, président du Comité de quartier de Gerland (7e arrondissement de Lyon)  et Camille GINTZBURGER, président du FRRA.

Plusieurs personnes extérieures à cet arrondissement se sont jointes à cette réunion faute d’un tel débat dans leur propre arrondissement. 

La séance était organisée en tables de quatre ou cinq personnes, chacune débattant sur l’un des thèmes proposés : 

• Démocratie et citoyenneté,

• Fiscalité et dépenses publiques, 

• Organisation État et services publics, 

• Transition écologique. 

Il est à noter que plusieurs résidents des Girondines ont participé, avec allant, à ce moment de débat démocratique qui s’est déroulé dans une ambiance cordiale et constructive. À l’issue de près de deux heures d’un travail intense de réflexion et de rédaction, un représentant de chaque table en a lu les conclusions à l’attention de toute l’assistance. 

Toutes ces doléances ont été remises à Monsieur Thomas RUDIGOZ, député de la première circonscription de Lyon, qui a prêté une oreille attentive à toutes ces lectures.

Ici comme ailleurs, cette séance de débats aura été l’occasion, par ses débats contradictoires, d’échanger oralement et de mener une réflexion plus approfondie qu’à l’accoutumée. 

Toute l’équipe des Girondines, personnel et administrateurs, se réjouit à chaque fois que notre EHPAD prend une part active dans la vie du 7e arrondissement.

Nous vous invitons à aller consulter la très belle page consacrée à cet événement, richement documentée en photos et courtes vidéos par Camille GINTZBURGER et comportant un compte-rendu complet de restitution rédigé par Thomas DELPECH.

Le « Grand Débat » de Lyon 7 aux Girondines !

[À destination des déficients visuels : cliquez sur l’image ci-contre pour accéder à la version pdf de cette affiche dans un nouvel onglet (accessible aussi à la lecture vocale). En refermant l’onglet, vous reviendrez ensuite ici]

Le Conseil de quartier de Gerland (Lyon 7e) a choisi l’établissement des Girondines pour que s’y tienne la partie locale du « Grand débat national » le samedi 9 mars prochain au matin (de 9h à 12h). Nous en avons été très agréablement surpris, y voyant la reconnaissance du caractère central de notre bâtiment dans son environnement proche.

Des locataires de nos appartements adaptés, des résidents de la maison de retraite, des membres de son personnel, des bénévoles de l’association et des utilisateurs des activités périphériques gravitant autour des Girondines ne manqueront pas d’y être présents pour dialoguer avec les voisins de l’arrondissement. Ils/elles en profiteront certainement pour amener au premier plan :

  • la problématique des handicaps, visuels, physiques ou mentaux, et leur prise en charge par la société.
  • la problématique de la dépendance et de sa gestion, y compris dans l’acceptation d’une vision non comptable mais simplement humaine de valeurs comme l’accompagnement, « l’humanitude », et surtout le respect dû à nos aînés.
  • l’intérêt du décloisonnement des activités, et de la dynamisation créée par certains choix de mixité sociale, générationnelle, d’ouverture au plus grand nombre (des lieux comme des actions), et de circulation de la parole comme des personnes.
  • l’attention apportée à la transmission de la mémoire et de l’expérience entre générations.

N’hésitez pas à venir nombreux pour faire entendre un maximum de sensibilités différentes. Camille GINTZBURGER

Un tétraplégique dans les airs

François RISSON habite un des logements adaptés des Girondines, au dernier étage et qui dispose, selon ses dires, d’une vue particulièrement imprenable sur Fourvière.

Il est tétraplégique mais vient de se permettre un exploit dont bien des valides sont incapables : un saut en chute libre, au-dessus des Alpes, dont a été gardée la trace vidéo (capturée par un autre parachutiste équipé d’une GoPro) et dont vous pouvez découvrir un extrait ci-dessous.

 

Q. : François Risson, d’où vous est venue cette envie de sauter en parachute ?

F.R. : En fait la prise de risque, la recherche de l’adrénaline, fait partie de ma vie depuis toujours, et c’est d’ailleurs l’origine de mon handicap : j’étais motard et je suis devenu tétraplégique suite à un virage mal négocié, dans une région de montagne qui ne pardonne pas les erreurs. Mais ce goût pour les sensations fortes n’a pas disparu pour autant et j’ai pu réaliser ici, un projet qui date de l’époque où j’étais pompier volontaire (autre activité d’engagements physiques et de risques), et qui n’avait alors pas pu se faire pour cause de météo défavorable.

Q. : Et comment avez-vous ressenti ce saut ?

F.R. : J’avais fait un essai préalable de parcours en avion au mois de juin,  qui s’était bien passé. C’est quand je me suis retrouvé au-dessus du vide, les jambes pendantes que je me suis dit que, quand même, cela n’avait rien d’évident ! Mais une fois basculé dans le vide les sensations sont absolument fantastique. On a une vue sur l’horizon extraordinaire (et que les imbéciles qui prétendent que la terre est plate aillent seulement y voir !). En plus, le fait que le saut se soit passé à Aix-les-Bains n’a fait qu’ajouter à la beauté de la chose : le lac du Bourget, les Alpes…

Q. : Quel bilan en tirez-vous ? Re-sauterez-vous ?

F.R. : pas dans l’immédiat ! (il y a un coût quand même !), mais je ne m’interdis pas d’avoir des projets du même ordre. Bien que les nouvelles technologies soient là pour nous aider beaucoup, je ne souhaite pas vivre une vie par procuration face à un écran, et j’aimerais que ma démarche soit un encouragement pour tous (et pas que les handicapés) à ne pas avoir peur de faire les projets les plus audacieux en apparence.

Devenir tétraplégique à trente ans n’est pas une chose évidente, il faut trouver des ressources pour surmonter les obstacles qui se dressent en permanence. Je les puise, entre autres, dans ma foi chrétienne, et je les utilise pour vivre pleinement la vie qui m’est donnée, telle qu’elle m’est donnée.